Aromathérapie : Qu'est-ce-qu'une plante aromatique?

Publié le

Une plante aromatique est principalement utilisée en cuisine mais aussi en médecine douce pour son arôme et les essences qu'elle contient. Ces essences, qui sont les principes aromatiques de la plante, sont présentes dans diverses parties comme les feuilles, l'écorce, les fleurs et fruits, les graines et les racines. Elles donneront, après distillation, l’huile essentielle. Il faut savoir que seulement environ 10% des plantes sont aromatiques.

 

L'utilisation des plantes pour guérir les maladies ou la phytothérapie, a été connue depuis l'antiquité.

A cette époque, l'homme est dans l’obligation d'utiliser les techniques et les ressources existantes autour de lui pour subvenir à ses besoins.

Cependant, à l'antiquité, les techniques étaient inexistantes.

Conscient de l’existence de plusieurs ressources, l’homme a pris soin des séparer les ressources renouvelables et les ressources pouvant s’épuiser à terme. Parmi les ressources renouvelables se trouvent les ressources végétales qui ont été observées et ont permis de mettre en oeuvre un mode d’utilisation de celles-ci à des fins médicinales.

Pendant l'Antiquité égyptienne, grecque et romaine il y a une accumulation des connaissances empiriques nombreuses qui seront transmis en particulier par l'intermédiaire des arabes aux héritiers européens.

Selon Chahat, (1986), les Egyptiens étaient les premiers fondateurs de science de la droguerie, la momification et la médecine. Depuis plus de 3000 ans A. J.C., ils ont analysé, fabriqué, expérimenté comme ils ont inscrit ces utilisations dans des manuscrits, dans leurs murs et temples. Ils étaient la seule source des connaissances des Grecques comme l'affirme Reginald in Delaveau et al, (1985).

Hippocrate (640 A.J. C.) le père de la médecine, dans l'ensemble de traités connu sous le nom "corpus Hippocraticum" pour chaque maladie y est décrit le remède végétal et le traitement correspondant. En 450 avant J.C le temple d'Edfou développa une école de médecine et qui entretenait un jardin de plantes médicinales. On peut citer comme exemple parmi les plantes utilisées par les Egyptiens : le grenadier, le fenouil, l'érable et l'ail…etc. Galien qui attachera son nom à ce qu’on appelle la pharmacie galénique d’où on distingue l’emploi des plantes «en nature », c’est à dire en poudre, et «les préparations galéniques », où des solvants comme l’alcool, l’eau et le vinaigre servent à concentrer les principes actifs de la drogue.

Au Moyen-Age, les épices étant inaccessibles à la grande majorité de la population, les « ménagères » assaisonnaient leurs soupes avec des herbes du jardin telles que la sauge, l’hysope…

Mais, cette époque est surtout celle de l’éclosion des premiers jardins de plantes médicinales cultivées dans les monastères. Rapidement, à la Renaissance, on les retrouve dans les parcs et jardins des châteaux à proximité des carrés de légumes.

Au XVIIème et XVIIIème siècle, les jardins d’agrément se multiplient et les aromatiques y côtoient les plantes de parterre. L’engouement pour les épices est alors en déclin et place est faite aux plantes aromatiques dédiées à la table des grands. Perméable aux idées des Lumières, elles permettent à la noble qui aspire à une certaine simplicité dans son mode de vie, d’harmoniser avec goûts et inspiration la cuisine bourgeoise et paysanne de façon naturelle.

A compter du XIXème siècle et au début de l’ère industrielle, le recours à une médecine moderne, l’amélioration de la conservation des aliments et le développement de l’hygiène de vie sont autant de facteurs qui ont entraîné la lente descente vers l’oubli des plantes aromatiques.

Désormais, les plantes aromatiques ne sont plus aussi indispensables et leur culture se fait à la marge dans les jardins.

Il faudra l’arrivée de la seconde moitié du XXème siècle, pour que petit à petit, celles-ci soient redécouvertes dans un premier temps pour leurs qualités gustatives. Leur retour sur les terrasses et balcons, laisse augurer un futur radieux pour ces oubliées.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article