La gemmothérapie

Publié le par Yannick DRAYON-KNOPPERS

Moins connue que sa grande sœur l’aromathérapie, la gémmothérapie (ou embryophytothérapie) est basée sur l’utilisation des bourgeons des arbres ou des plantes mais utilise également les jeunes pousses et les radicelles.

 

 
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

En effet, les bourgeons possèdent des propriétés thérapeutiques supérieures à celles des différentes parties d’une plante arrivée à maturité. Etant considéré comme un embryon, il concentre en lui tout le potentiel de développement de la plante en réunissant les vertus des racines, de la tige, des fleurs et des fruits en un seul élément.

 

Il contient également de fortes concentrations d’éléments actifs tels que des hormones, des oligo-éléments, des vitamines, des minéraux…

 

L’utilisation de bourgeons dans la pharmacopée traditionnelle date du Moyen-Age et de l’époque des alchimistes, qui se servaient des bourgeons pour confectionner des onguents et autres sirops médicinaux.

 

Ce n’est que vers la moitié du XXème siècle que le Dr Pol Henry a mis en œuvre une forme d’extraction sans agression biochimique.

 

Après une période de macération dans un mélange d’eau, de glycérine et d’alcool, la solution est filtrée. On l’appelle alors le « macérât-mère ». Son faible taux d’alcool, permet son administration aux enfants en bas âge.

 

De nos jours, cette extraction a évoluée et est beaucoup moins concentrée.

 

Mais comment utiliser ces bourgeons ?

Dix souches essentielles sont identifiées. Elles permettent de nettoyer  en douceur les émonctoires :

 

  • le Cassis (Ribes nigrum « puissant inflammatoire »),
  • le Romarin (Rosmarinus officinalis «  draineur du foie et équilibrant nerveux »),
  •  le Noyer (Juglans régia « fixe la flore intestinale »),
  • le figuier (Ficus carica « anti stress »),
  • le Framboisier (Rubus idaeus «  stimulant de la fonction ovarienne »),
  • l’Aubépine (Crataegus oxyacanta « draineur du cœur et régulateur de la tendance boulimique »),
  • le Noisetier (Corylus avellana « draineur des poumons »),
  • le Marronnier (Aesculus hippocastanum « combat les varices et les hémorroïdes »),
  • l’Airelle (Viccinium vitis idaea « désinfectant intestinal et draineur de la vessie »)
  • le Bouleau verruqueux (Betula verrucosa « draineur des reins et anti-inflammatoire »).

 

Les gouttes de l’extraction sont à prendre avant les repas en cure de 2 à 3 mois.

 

Pour plus de sécurité, prenez rendez-vous avec votre naturopathe-gemmothérapeute qui vous conseillera sur la posologie et vous orientera...

Commenter cet article